Livraison gratuite en France à partir de 70€

Blog

Endométriose : tout ce que vous devez savoir

22 août 2022 (last update)

Partager l'article :

Douleurs pelviennes récurrentes, douleurs lors de l’acte sexuel (dyspareunie) et/ ou en période de règles…un grand nombre de symptômes anormaux apparaissent parfois chez les femmes et peuvent signaler l’émergence d’une pathologie que beaucoup ignorent encore : l’endométriose.

Douleurs pelviennes récurrentes, douleurs lors de l’acte sexuel (dyspareunie) et/ ou en période de règles…un grand nombre de symptômes anormaux apparaissent parfois chez les femmes et peuvent signaler l’émergence d’une pathologie que beaucoup ignorent encore : l’endométriose.

En France, une femme sur 10 ayant atteint l’âge de la procréation est touchée par l’endométriose. Aujourd’hui encore, le diagnostic de cette maladie s’opère assez tardivement dans la plupart des cas. Si vous avez des doutes, la première chose qu’il est conseillé de faire, c’est de consulter immédiatement votre médecin gynécologue ou généraliste, ou encore une sage-femme.

Definition

Encore mal connue, l’endométriose est une maladie gynécologique chronique très complexe et difficile à vivre au quotidien. Elle affecte uniquement les femmes qui peuvent déjà procréer. Sur le plan médical, on peut la définir comme une pathologie qui se caractérise par le développement en dehors de l’utérus, d’un tissu (l’endomètre) qui ressemble à la muqueuse utérine et qui affecte les autres organes situés autour de l’appareil génital.

Ainsi, on pourra également retrouver ce tissu au niveau du système digestif, sur les trompes de Fallopes ou même sur les ovaires. L’endomètre subira par ailleurs l’influence des transformations hormonales au cours de chaque cycle menstruel à venir.

Les symptômes de cette maladie varient souvent en fonction de la personne atteinte. Toutefois, l’endométriose se manifeste globalement par des douleurs pelviennes fréquentes, des douleurs lors des rapports sexuels et pendant les règles. Comme conséquence, elle peut entraîner l’infertilité chez la femme en âge de procréer. Bien que bénigne, elle aura tendance à entrainer une incapacité physique au quotidien.

Les causes ou l’origine de l’endométriose

L’apparition d’une endométriose peut être liée à plusieurs facteurs. Cette maladie a une origine génétique dans plus de 10% des cas. Néanmoins, les facteurs liés à l’environnement de la patiente occupent également une place importante dans la survenue de cette pathologie, notamment la consommation des substances chimiques.

Si les causes de l’endométriose sont généralement bien identifiées, On a encore des difficultés à savoir pourquoi certaines femmes en souffrent. Facteurs génétiques, dysfonctionnement du système immunitaire…plusieurs hypothèses sont avancées pour tenter d’expliquer l’origine de cette maladie.

La première hypothèse, s’est construite autour du concept de flux rétrograde. Les couches superficielles du tissu endométrial (l’endomètre) et le sang sont normalement éjectés vers l’extérieur lors des menstruations du fait des contractions musculaires. Cependant, il est possible qu’il se produise une inversion du flux sanguin (d’où l’expression flux rétrograde) qui fait en sorte que le sang qui contient des cellules endométriales soit dès lors entraîné plutôt vers la cavité pelvienne en cheminant par les trompes de Fallope. C’est un reflux qui se produit de façon occasionnelle chez la majorité des femmes. Toutefois, il ne s’accompagnerait d’une implantation des cellules endométriales qu’uniquement chez certaines femmes.

Another hypothesis is that the endometrium migrates out of the uterus via the blood or lymph.

Enfin, il se pourrait également que certaines cellules situées normalement hors de l’utérus mutent en cellules endométriales suite à l’influence de facteurs environnementaux et génétiques.

Endométriose héréditaire/génétique

Bien que la cause exacte de l'endométriose soit inconnue. Cependant, l'hérédité joue un rôle énorme. Cette affection touche souvent les membres d'une même famille, comme les sœurs, les mères et les grands-mères. Les personnes qui ont des cousins atteints d'endométriose sont également à risque. Cette maladie peut être transmise par la lignée paternelle ou maternelle. Que pouvez-vous donc faire si l'endométriose est présente dans votre famille ? Aucune recherche ne prouve que vous pouvez la prévenir. Et il n'est pas garanti que vous en souffrirez également. Mais il est bon de faire savoir à votre médecin que vous avez des antécédents familiaux de cette maladie. Des modifications du mode de vie, comme faire régulièrement de l'exercice, limiter sa consommation de caféine et éviter l'alcool, peuvent faire la différence.

Les différents stades de l'endométriose

Avant de démystifier les étapes de l'endométriose, prenons le temps de reconnaître que cette maladie peut rendre la vie difficile aux femmes.  Il se peut que vous passiez des heures interminables dans le bureau du médecin ou que vous soyez accablée de douleurs atroces chaque fois que vos règles arrivent. Mais même les femmes qui sont confrontées à l'endométriose depuis des années ne savent pas grand-chose des stades et de leur signification.

Tout comme il existe différents types d'endométriose, il existe également différents stades. Les médecins attribuent certains points en fonction de la profondeur, de la propagation du tissu endométrial et de l'endroit du corps qui est touché. Voyons les différents stades.

  • Stade 1 (minimal) - Il s'agit de quelques amas de tissus ou de petites lésions, qui peuvent être présents sur les parois utérines, les tissus de l'abdomen ou du bassin. À ce stade, il y a peu ou pas de tissu cicatriciel. Les femmes peuvent également ressentir une douleur et une gêne importantes à ce stade. Le fait que l'endométriose de stade un soit considérée comme minime ne signifie pas qu'elle est indolore.
  • Stade 2 (léger) - À ce stade, on trouve davantage d'implants plus profondément dans le tissu qu'au stade 1.
  • Stade 3 (modéré) - À ce stade, il y a beaucoup d'implants profonds et quelques kystes. Il peut également y avoir la présence d'épaisses bandes de tissu cicatriciel appelées adhérences. Cela peut provoquer des douleurs lancinantes et des nausées que beaucoup de femmes ressentent.
  • Stade 4 (sévère) - Il y a beaucoup d'adhérences épaisses et d'implants, y compris de gros kystes sur un ou les deux ovaires.

Les symptômes

Il est primordial d’aller chez le médecin dès la manifestation des premiers symptômes de l’endométriose. Plus elle sera diagnostiquée tôt, mieux elle sera traitée. Un diagnostic rapide permet en outre de réduire les risques d’infertilité.

Vous devez savoir avant toute chose, que les symptômes qui seront abordés ci-dessous peuvent également être le signe d’un autre trouble au niveau de l’appareil reproducteur, comme par exemple l’apparition d’un kyste ovarien. Au demeurant, cela pourra être détecté rapidement en faisant une échographie pelvienne.

Autre remarque importante, sachez que la gravité ou l’étendue de cette maladie ne peut être jugée en fonction de l’intensité de la douleur. En effet, le caractère grave des symptômes de l’endométriose dépend plus des endroits où se trouvent les lésions endométriales et de la taille de ces dernières.

Les principaux symptômes

Les douleurs au bas-ventre constituent le symptôme le plus fréquent chez les femmes atteintes d’endométriose. Ces douleurs ont parfois tendance à s’irradier vers le bas du dos.

Jeune femme mixte asiatique attrayante allongée sur un lit, souffrant de crampes d'estomac et de douleurs menstruelles, se sentant malade et mal dans son cycle et ayant des menstruations douloureuses, concept et style de vie.

La principale caractéristique de cette douleur tient au fait qu’elle est progressive et que très souvent, elle se manifeste davantage plus d’un côté de l’abdomen que de l’autre. En général, il est assez difficile de faire la distinction entre les douleurs liées à l’endométriose et celles causées par les crampes menstruelles (on parle de dysménorrhée dans ce cas). C’est le lieu d’ailleurs de préciser que l’endométriose n’augmente en aucun cas le flot menstruel.

Ces douleurs au bas-ventre, avec irradiation en bas du dos s’intensifient pendant les cycles menstruels, notamment quand il faut uriner ou en cas de perturbation des mouvements intestinaux (constipation, diarrhée). La patiente ressentira aussi des douleurs durant l’acte sexuel (dyspareunie). Bien plus, ces douleurs s’accentuent parfois en période d’ovulation.

L’autre symptôme majeur de cette pathologie se traduit par les problèmes d’infertilité et la difficulté à concevoir (tomber enceinte). Il existe enfin quelques symptômes plus ou moins indicatifs d’une endométriose, comme :

  • La dépression et l’irritabilité engendrées par les douleurs chroniques
  • La fatigue
  • Le saignement rectal pendant les règles
  • Le sang dans l’urine et/ ou dans les selles
  • Le spotting ou les pertes brunâtres avant le cycle menstruel

Les traitements

Il n’existe pas encore de traitement qui permette de venir totalement à bout de cette maladie. Pour autant, certains traitements de par leur efficacité contribuent nettement à freiner voire à stopper le développement des lésions, améliorant au passage la qualité de vie des patientes.

Pour commencer, on a les traitements hormonaux à base d’implant, de stérilet ou de pilule qui visent à stopper les règles pour éviter le saignement et le développement des lésions. Généralement, ce n’est qu’après avoir essayé plusieurs traitements différents que votre médecin trouvera enfin celui qui fonctionne le mieux, c’est-à-dire le bon traitement.

Lorsque les traitements médicamenteux s’avèrent inefficaces contre les douleurs ou en cas de forte extension des lésions, une intervention chirurgicale peut être envisagée. Dans ce cas, le chirurgien vous entretiendra sur le but d’une telle opération.

Il existe en outre des traitements non-médicamenteux qui améliorent également la qualité de vie des patientes. Ceux-ci permettent notamment de réduire et de gérer la douleur. C’est le cas particulièrement du yoni steam ou sauna vaginal.

Voici les traitements qui sont généralement utilisés pour soulager l’endométriose. Ils sont complémentaires pour la plupart :

Le traitement à base de médicaments analgésiques

Dans cette rubrique, on retrouve des anti-inflammatoires tels que l’ibuprofène (Advil®, Motrin®), le Naprosyn®) ou l’aspirine et de l’acétaminophène (Tylenol®) qui sont prescrits par votre médecin afin d’apaiser les douleurs pelviennes liées à cette pathologie. Celui-ci vous indiquera notamment la posologie à suivre.

Les traitements hormonaux

S’ils ont pour objectif de diminuer la douleur causée par l’endométriose, ils n’ont cependant aucune influence sur la fertilité et le traitement définitif de cette maladie. Tout au plus, ils permettent de bloquer la sécrétion des hormones par les ovaires, ce qui aide à réduire les saignements. Parmi les options les plus utilisées, vous avez :

  • Le Stérilet Mirena® que l’on insère à l’intérieur de l’utérus. Recouvert par un progestatif, ce dispositif intra-utérin réduit les douleurs endométriales et les menstruations de façon significative. Il est remplaçable tous les cinq ans et peut laisser des tachetures pendant votre cycle.
  • La pilule contraceptive à prendre chaque jour, sans la moindre interruption. En plus d’être une méthode de contraception efficace, elle aide à diminuer la douleur chez certaines patientes, à prévenir les carences en oestrogènes, à réduire les menstruations.
  • L’Acétate de médroxyprogestérone (Depo-Provera®) : ce traitement consiste à injecter un progestatif au niveau de l’une des fesses chaque 3 mois. L’injection de cette hormone permet entre autres, de réduire ou de supprimer totalement les douleurs endométriales et les menstruations ; et d’inhiber l’ovulation. Il existe des effets secondaires.
  • Les Analogues de la Gn-RH (Lupron®, Zoladex®, Synarel®), injectables tous les mois, ces hormones provoquent la ménopause et bloquent le déclenchement de l’hypophyse. Ce
  • Le Danazol (Cyclomen®) : Le Danazol (Cyclomen®) : ce traitement s’étend sur 6 à 9 mois et il permet de provoquer une ménopause artificielle en obstruant totalement la production par les ovaires d’oestrogènes. On observe également un blocage des menstruations chez la plupart des patientes. Tout comme les autres traitements, il présente des effets indésirables qui disparaissent avec l’arrêt du traitement.

La chirurgie

Celle-ci est très rare et elle n’intervient que pour une minorité des cas lorsque tous les traitements hormonaux se sont révélés inefficients. La chirurgie interviendra aussi en cas de l’apparition de gros kystes au niveau des ovaires. Globalement, elle a pour but de favoriser une grossesse et de supprimer les lésions endométriales très douloureuses ou gênantes.

Les traitements naturels

Les remèdes naturels contre l'endométriose peuvent vous aider à gérer cette affection. Certains de ces remèdes naturels sont :

Yoga

Heureusement, le yoga peut vous aider à atténuer la douleur. Les femmes atteintes d'endométriose doivent privilégier les formes de yoga douces et reposantes aux styles intenses. Beaucoup de ces poses sont suffisamment confortables pour que vous puissiez les faire pendant 10 minutes.  Des études ont révélé que le yoga présente d'immenses avantages, notamment la réduction des inflammations, des raideurs et des douleurs. Ajoutez à cela le bel effet que le yoga a sur votre santé mentale, et c'est un moyen positif pour toute personne atteinte d'endométriose de soutenir son bien-être général et sa qualité de vie.

En gardant à l'esprit ce qui précède, prenez votre tapis de yoga et préparez-vous à un doux soulagement avec ces poses de yoga.

  • Pose du papillon

Cette pose détend les muscles de la région pelvienne et de l'intérieur des cuisses et aide à relâcher les tissus mous, les tendons et les ligaments autour des hanches.

  • Pose de la déesse (restauratrice)

Cette pose calme peut réduire les douleurs pelviennes et les crampes abdominales. Cette pose permet une relaxation profonde. Elle ouvre les parois thoraciques, les hanches et l'intérieur des cuisses.

  • Pose du bébé heureux

Il s'agit d'une ouverture douce des hanches qui augmente la flexibilité, réduit l'anxiété et favorise la clarté mentale. Pendant que vous faites cette pose, concentrez-vous sur la relaxation de vos hanches et de votre plancher pelvien.

Acupuncture

L'acupuncture est une médecine traditionnelle chinoise. Elle est pratiquée depuis des siècles pour traiter des affections qui semblent incurables. Sur la base d'études récentes, les médecins traditionnels affirment que l'acupuncture est plus efficace que l'hormonothérapie pour traiter l'endométriose. L'acupuncture permet de soulager les douleurs des règles et les douleurs pelviennes, de diminuer le taux de récidive de l'endométriose et d'améliorer votre état de santé général.

Le processus implique l'utilisation par un praticien de petites aiguilles en acier inoxydable pour certains points d'acupuncture de votre corps. La stimulation de ces points par les aiguilles permet d'améliorer les mécanismes de guérison du corps et de réduire les symptômes de l'endométriose.

Le lien entre l'endométriose et l'acupuncture est évident. L'acupuncture étant une approche holistique, les femmes qui la pratiquent ressentent des améliorations dans tout leur corps. En rétablissant le flux sanguin, l'acupuncture aide à réguler les menstruations et apporte un soulagement émotionnel.

C'est un traitement sûr et naturel qui présente moins d'effets secondaires que les médicaments et les traitements hormonaux de la médecine conventionnelle. La thérapie par acupuncture dure souvent de 6 à 8 semaines. Cependant, la durée de la thérapie dépend toujours de différents facteurs.

Naturopathie

La naturopathie est une médecine complémentaire du corps entier qui combine des thérapies de santé pour traiter une personne. Ces thérapies multi-modalités comprennent la nutrition, la modification du mode de vie, la phytothérapie, les compléments alimentaires et les changements de régime. Les traitements naturopathiques de l'endométriose sont les suivants

  • Gestion du stress
  • Stimuler le métabolisme
  • Soutenir l'immunité
  • Soutien des hormones sexuelles
  • Régime anti-inflammatoire: Savez-vous que manger des aliments malsains peut aggraver vos symptômes ? Je sais que vous avez envie de gâteaux et de sucreries depuis longtemps, et que vous êtes impatient de satisfaire ces envies. Désolé pour cela ! Les traitements naturopathiques consistent à abandonner vos aliments réconfortants au profit de légumes et de fruits frais.
  • Magnésium: Le magnésium soutient non seulement votre système nerveux en favorisant la relaxation, mais il contribue également à rendre les hormones stéroïdes inactives.
  • Herbes médicinales: Elle comprend l'utilisation de plantes analgésiques et antispasmodiques comme la curcumine, le curcuma et la camomille pour supprimer les cellules endométriales.

Thérapie par la chaleur

L'application de chaleur sur votre abdomen peut aider à soulager la douleur. La chaleur aide à augmenter le flux sanguin vers votre utérus, ce qui vous permet de vous sentir mieux.

Huile de ricin

De nombreuses personnes ne jurent que par l'huile de ricin pour soulager naturellement les douleurs intenses. Cette huile naturelle est populaire pour ses propriétés anti-inflammatoires et médicinales. Appliquez-la en externe sur votre abdomen et combinez-la avec une bouillotte naturelle chaude ou un coussin chauffant pour maximiser ses bienfaits. Cependant, vous ne devez jamais appliquer l'huile de ricin directement sur votre vagin pour éviter de perturber ses niveaux de pH naturels.

Thé au gingembre

Avez-vous déjà été submergée par des crampes dues à l'endométriose au point de vous sentir constamment nauséeuse ? Ça craint ! Lorsque vous ne pouvez pas supporter cette sensation, prenez une tasse de gingembre fumant pour réchauffer votre corps et apaiser votre estomac. Puisque le gingembre aide à freiner les vomissements pendant la grossesse, il aide également à lutter contre les vomissements liés à l'endométriose.

L'exercice

L'un des effets secondaires courants de l'endométriose chez de nombreuses femmes est la prise de poids. Cela peut être dû aux médicaments et aux déséquilibres hormonaux. Pour éviter une prise ou une perte de poids excessive, associez un exercice régulier à une alimentation saine. L'American Heart Association recommande jusqu'à 150 minutes d'activité aérobique modérée chaque semaine.

Le Yoni Steam ou sauna vaginal

Le sauna vaginal ou yonisteam fait référence à une pratique ancestrale dont l’appellation diffère d’une culture à l’autre : Bajo en Espagne ou encore Chai-Yok en Corée du Sud et Corée du Nord. Inspiré de la médecine traditionnelle, le sauna vaginal permettrait de guérir et de maintenir l’utérus en bonne santé grâce aux vertus de la chaleur et des plantes.

Sauna vaginal : comment ça fonctionne ?

La vapeur qui émane des herbes préparés dans l’eau chaude et bouillante est inhalée par les tissus du vagin et les muqueuses utérines : cette absorption par la chaleur a l’avantage de favoriser la circulation sanguine au niveau de l’utérus et du vagin, ce qui permet en définitive de désengorger, de purifier et de tonifier les tissus de l’appareil reproducteur. Vous pouvez pratiquer le yonisteam directement chez vous.

Quelques-uns de ses bienfaits

Ce traitement non-médicamenteux de l’endométriose et bien d’autres maladies susceptibles d’affecter le vagin et l’utérus permet :

  • d’équilibrer les hormones
  • de régénérer l’utérus
  • de soulager les crampes menstruelles
  • de booster la fertilité
  • de décontracter le canal vaginal
  • de nourrir et de tonifier la région du périnée
  • de prévenir les infections vaginales
  • d’apporter plus de régularité dans les cycles menstruels
  • de réduire ou limiter certains troubles vaginaux
  • de rééquilibrer le pH
Un sauna vaginal dans un endroit relaxant

Sum up of the different natural remedies

Aucune étude ne permet pour l’instant d’affirmer l’efficacité des produits de santé naturels sur le traitement de l’endométriose. Toutefois, il existe quelques astuces en ce sens qui sont recommandées par des professionnels certifiés (naturopathe, phytothérapeute) pour limiter les symptômes. C’est le cas très souvent des traitements à base de l’écorce de frêne épineux ou de viorne obier, de la racine de pissenlit et des baies de gattilier.

Les techniques de la médecine chinoise traditionnelle comme l’usage des plantes (l’angélique chinoise, le buplèvre chinois ou le corydalis) et l’acupuncture sont également employées pour le soulagement de l’endométriose. Celles-ci ont essentiellement pour objectif de tonifier le Qi (source énergétique) et les reins, tout en fluidifiant la circulation sanguine pour empêcher le sang de stagner dans l’abdomen.

La pratique de certaines activités physiques (Yoga et/ ou tai-chi) et l’adoption d’un régime alimentaire plus sain et équilibré (exemple du régime aux propriétés anti-inflammatoires conseillé par le médecin américain Andrew Weil) ont également une incidence plus ou moins positive sur la prise en charge de l’endométriose. Idem pour le yoni steam ou sauna vaginal.

Aide et prise en charge

L’endométriose touche environ 1,5 à 2,5 millions de femmes en âge de procréer en hexagone. Ces femmes pour la plupart sont contraintes à une errance diagnostique dans la mesure où le diagnostic de cette maladie intervient généralement assez tard (soit dans un délai de 7 ans en moyen). Cette situation induit malheureusement une prise en charge inadaptée des symptômes qu’elles présentent et même une aggravation de leur cas.

Plus encore, il n’existe à ce jour aucun traitement qui permet de guérir définitivement de l’endométriose. Les solutions thérapeutiques se limitant uniquement au soulagement des douleurs, l’Etat français a mis sur pied une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose en février 2022 qui vise une meilleure prise en charge des patientes déclinée sur 3 axes majeures :

  • Le renforcement de la recherche grâce à un financement colossal de 20 millions d’euros sur 5 ans
  • L’amélioration de l’offre de soin en permettant à chaque patiente souffrant d’endométriose d’accéder directement au traitement dans sa région grâce à la création des filières territoriales ou régionales spécifiques dans tout le pays d’ici 2023
  • La vulgarisation de l’endométriose aussi bien au sein du personnel soignant que de la population française en général. Cela se fera notamment par la formation des professionnels de la santé sur la question et des campagnes d’information menées auprès du grand public.

Endométriose et adolescence

Les symptômes de l’endométriose peuvent se manifester dès l’adolescence, avec des douleurs dès les toutes premières règles de votre jeune fille. Si cette dernière ne peut plus aller à l’école parce qu’elle souffre énormément lors de ses règles, alors vous devez immédiatement l’amener en consultation chez un médecin. Malheureusement, beaucoup de parents considèrent encore ces douleurs comme un fait normal voire naturel, ce qui explique l’extrême négligence qu’on observe derrière.

Endométriose et Stérilet

Bien que l'endométriose soit incurable, un dispositif intra-utérin (DIU) peut aider les personnes concernées à gérer leurs symptômes. Un DIU est un type de contraception plus connu sous le terme stérilet. Il existe deux types de DIU : le stérilet hormonal et le stérilet en cuivre.

Le stérilet hormonal libère de la progestine, qui est une forme de progestérone. Cette méthode s'est avérée être un traitement efficace pour certaines femmes atteintes d'endométriose. Il permet également de réduire la taille des lésions et de diminuer le flux menstruel. En fait, de nombreuses femmes ne voient plus leurs règles après un an d'utilisation du stérilet.

Si le stérilet peut soulager la douleur et vous permettre de vivre normalement, il ne peut pas traiter l'infertilité liée à l'endométriose car il s'agit d'une méthode de contrôle des naissances.

Quelques livres sur l'endométriose pour aller plus loin

Se renseigner sur cette affection n'est pas une mauvaise idée. De plus, l'été est là, et il n'y a rien de plus rafraîchissant que de se détendre avec une boisson glacée et un bon livre. Voici quelques lectures essentielles pour les guerriers de l'endo, qui vous remonteront le moral, vous sensibiliseront et vous donneront des conseils utiles sur tout, du régime alimentaire à l'exercice physique, en passant par des histoires inspirantes racontées par d'autres personnes auxquelles vous pourrez vous identifier. Ces livres sont les suivants :

  • The Doctor Will See You Now par Tamer Seckin
  • Whole New You par Tia Mowry
  • Doing Harm par Maya Dusenbery
  • The Endometriosis Health & Diet Program: Get Your Life Back, par Andrew S. Cook et Danielle Cook
  • Rewired Life: A Journey to Untangle Chronic Pain and Endometriosis, par Audrey Michel
  • The Endo Patient’s Survival Guide par Andrew S. Cook MD Facog, Danielle Cook MS Rd et Libby Hopton MS
  • How to Live With Endometriosis par Eleanor Thom

Questions fréquentes

Qui est concerné ?

L’endométriose est une pathologie qui affecte uniquement les femmes. En France, on estime qu’elles seraient environ 10% à souffrir de cette maladie encore mal connue. Mais au-delà des personnes qui sont directement concernées (la gente féminine), il s’agit d’un véritablement problème de santé nationale qui interpelle tant les pouvoirs publics que les familles pour un diagnostic rapide et une prise en charge plus adaptée.

Comment être diagnostiquée ?

Le diagnostic se fait par une échographie endovaginale réalisée par un radiologue spécialisé. Cette échographie a pour but d’identifier et de localiser l’endroit précis de chaque lésion. Dans tous les cas, la patiente devra se soumettre au moins à une IRM (Imagerie par Résonance Magnétique).

Comment l’endométriose évolue-t-elle ?

L’absence de traitement ou une prise en charge tardive peut entrainer une aggravation de l’endométriose avec le temps. L’ augmentation du taux de progestérone durant la grossesse arrête souvent le saignement des lésions endométriales, ce qui stoppe la maladie jusqu’à l’accouchement. Mais celle-ci reprendra son cours (la maladie) avec la reprise des règles. A la ménopause, le taux d’estrogènes baisse dans le sang ce qui entraîne la disparition des douleurs, à moins qu’un traitement hormonal de substitution n’ait été mis sur pied. Cette pathologie peut enfin, dans de très rares cas, multiplier le risque d’un cancer des ovaires.

Quelle conséquence sur la fertilité ?

On associe parfois l’endométriose à l’infertilité, mais la vérité c’est que cette dernière n’en est pas un symptôme tout particulièrement. Votre médecin devra vous prescrire un bilan d’infertilité afin d’en identifier la cause réelle si vous avez du mal à tomber enceinte. A ce jour, l’on sait pour le moins, que bon nombre de patientes souffrant d’endométriose conçoivent sans difficultés majeures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.